Cadeau pour les curieux et les curieuses…

photo-eso_l-calcada
Credit : ESO/L. Calçada

Bonjour, comme promis la semaine dernière, j’ai encore un petit cadeau à vous offrir. Mon nouveau roman est en cours d’écriture et pour vous donner un aperçu de l’atmosphère, après les photos, en voici un passage !

Il s’agit d’un petit extrait du premier chapitre dans lequel vous pouvez faire connaissance avec Lola, ma nouvelle héroïne. :

« La jeune fille prend un moment pour contempler la baie qui s’enfonce dans le continent. La plage du camping n’est que l’une des nombreuses petites criques de la Bahia Rosa. A l’Est, elle est presque entièrement fermée par
une langue de sable noir, une dune à la crête ronde et sensuelle qui forme un barrage infranchissable entre l’océan et les eaux plus calmes du bassin. Le soleil encore bas, y déverse une pluie d’étoiles scintillantes, tandis que la forêt qui entoure la plage semble dormir, embuée du halo rose de l’aube. Le bassin des Bahamas, c’est ainsi que Jonathan l’a baptisé, en hommage au plus bel endroit de la Terre, selon lui. Mais Lola préfère Bahia Rosa, le nom d’Elena… Ou Baie d’Ys, le nom secret qu’elle a trouvé avec Zven…

— Pourquoi Ys ? avait demandé la petite fille maigrichonne.

— Parce que les reflets sur l’eau te font penser à des gouttes de soleil… Avait répondu Zven.

— Tu veux dire à des étoiles…

— Étoiles, soleil, Ys, pour toi c’est pareil !

Le Chien la tire de sa rêverie en s’ébrouant juste à ses pieds. Elle pousse un cri de surprise, enlève ses vêtements avant qu’il ne vienne frotter son pelage trempé contre elle et se jette dans l’eau en riant tandis qu’il tente de lui sauter dessus en jappant.

Elle nage longtemps, loin. Jusqu’au moment où elle peut enfin voir la plage tout entière : un petit croissant de sable entouré de jungle. Parfois, elle va si loin, qu’elle peut apercevoir l’étroit chenal par lequel l’océan entre dans la baie. Un peu essoufflée, elle se retourne sur le dos pour se laisser flotter. Elle n’avait que douze ans, la première fois qu’elle avait nagée jusqu’à la Dune, avec Jonathan et Vladimir. Elle s’en souvient avec une pointe de fierté. Elle avait menacé les Grands d’y aller seule si personne ne voulait l’accompagner et les deux hommes ne s’étaient pas fait prier longtemps avant de céder. Jonathan tirait leur pique-nique sur un minuscule radeau tandis que Vladimir n’arrêtait pas de répéter qu’elle était une gamine trop gâtée et que s’il l’entendait une seule fois se plaindre, il allait la couler sans aucun remords ! Quand ils étaient enfin arrivés, et après s’être restaurés, ils avaient escaladé la Dune, beaucoup plus haute qu’elle n’en avait l’air de loin. Au sommet ils avaient admiré le soleil se coucher au fond de la Baie, avant de monter un campement de fortune pour passer la nuit. Ils s’étaient endormis en regardant les étoiles et en se racontant des histoires de monstres… C’était un de ses plus beaux souvenirs !

Elle se remet vivement à nager vers le rivage, elle a soudain très envie de retrouver les autres. Revoir l’ami imaginaire, qu’elle avait cru perdu avec son enfance, l’a rendu nostalgique. Un sentiment idiot et irrationnel, comment peut-on regretter un rêve ? »

La suite ? Dans un an si tout va bien ! Mais pour patienter, je vais aussi me lancer dans un exercice tout nouveau pour moi : Vous donner des nouvelles régulièrement de mon travail. Alors à très bientôt,

Emma

Publicités

Nouvelle année, nouveau projet !

Après les vœux, les bonnes résolutions pour l’année qui commence pleuvent sur le web! Je ne vais donc pas déroger à la règle et ajouter la mienne : 2017 rimera avec nouveau projet!

En effet, il ne m’a pas été facile de laisser Po’Lin et Tao voguer de leurs propres ailes! Il faut dire aussi que, entre les premières lignes (rédigées sans plan ni vision!) et la publication en février dernier, il s’est bien passé cinq ans! Difficile donc de quitter des personnages qui vous ont accompagnée tout ce temps!

Mais depuis la sortie des plaines de Mayjong, mon imagination enfin libérée a commencé à m’entrainer vers d’autres rivages peuplés de nouveau héros. Depuis un an j’ai la tête dans les étoiles, et je rêve d’un autre monde. Mais shut ! Je ne vais pas vous en dire plus, car il vous faudra patienter encore avant de découvrir l’histoire de Lola.  Une jeune fille qui comme Pauline, va devoir s’affranchir de tout ce qu’on lui a toujours enseigné pour trouver celui qu’elle aime…

Au fait, je vous ai préparé deux petits cadeaux pour cette nouvelle année! Le premier, ce sont ces deux photos glanées sur le net et qui vous dévoilent un peu l’ambiance qui règne dans ma tête en ce moment :

crédit : Dennis Tang
crédit : Dennis Tang
Crédit : Arturo Sotillo
Crédit : Arturo Sotillo

Quant au second cadeau, il a aussi un rapport avec mon prochain roman et vous pourrez le découvrir la semaine prochaine!

 

Premiers salons pour « Les plaines de Mayjong »

Cet automne je serai présente sur deux salons du livre dans le Val d’Oise !

Le premier à Nesles-la-vallée, le Dimanche 27 Novembre, puis à Beaumont-sur-Oise le Dimanche 4 Décembre ! Venez m’y retrouver, je serai heureuse de rencontrer des lecteurs en « chair et en os », pour parler lecture ou juste papoter un peu !

Et pourquoi ne pas profiter de l’occasion pour commencer vos achats de Noël par un cadeau vraiment personnel : un livre dédicacé par son auteure !

Lire en Nesles

Salon du livre du Cercle Beaumontois

16-lire-en-nesles-afficheaffiche-salon-du-livre-beaumont-2016

 

Concours flash !

*Concours terminé*

Concours du vendredi 3 juin 2016 à midi au dimanche 5 juin 2016 à minuit.

Deux lots identiques à gagner : Une version Ebook dédicacée des Plaines de Mayjong et un marque-page. lot = livre numérique et marque-page

Pour participer rien de plus facile :

1 – Aimer ma page auteur

2 – Aimer la page des Editions Hélène Jacob

3- Partager le concours en mode publique et répondre à la question suivante en commentaire : A quoi fait référence le nom de Mayjong dans le roman ?

a- Un jeu de société d’origine chinoise.

b- Un lieu (réel ou imaginaire ?) qui a envouté Pauline.

c- Une fête célébrée dans la région de Oulan-Bator au mois de mai.

Concours ouvert à l’Europe !

 

Un monde onirique

Wellan, sur le blog Adiaphora a aimé « Les plaines de Mayjong » et vous explique pourquoi ! Merci Wellan pour cette chronique 🙂

Aldiaphora

Les plaines de Mayjong d’Emma Cornellis. Éditions HJ, février 2016.

-Résumé-

Dans une ville du sud de la France, la vie de Pauline s’écoule tranquillement entre la faculté de Lettres où elle étudie et les week-ends chez ses parents au bord de la Méditerranée.
Elle est secrètement amoureuse de Christophe, un garçon très populaire plus âgé qu’elle, qui suit le même cursus universitaire.
Mais voilà que Pauline commence à faire des rêves étranges. Au début, ce ne sont que des visions éphémères : une plaine, une tempête, le visage d’un inconnu. Un jour, au hasard d’un détour chez un libraire, le paysage d’un calendrier va profondément la perturber. Elle a déjà vu cet endroit, mais quand et où ? Dès lors, tout s’accélère. Ses rêves prennent l’allure d’une vie parallèle et le visage de l’inconnu l’obsède jusqu’à lui faire oublier son amour pour Christophe !
Folie, rêve ou réalité ?…

View original post 442 mots de plus

Cocktail de suspens

Une amie m’a prêté, La fille du train de Paula Hawkins et dans la foulée j’ai téléchargé Méfiez-vous des contrefaçons de Agnès Boucher et Andalou, de Liliane Fournier. Bon, rassurez-vous, je ne vais pas trop parler de La fille du train, j’ai aimé, mais je pense que tout a été dit dessus. Non, je cite ce livre, surtout parce que je me disais : « haï, haÏ j’aurais peut-être dû commencer par les deux autres parce que forcement, je vais comparer… » Et bêtement avec mon cerveau formaté, je pensais qu’un livre ayant fait un tel buzz était forcément meilleur… Bon, vous vous en doutez, je me suis fait avoir en beauté !

Alors, je vous arrête tout de suite, La fille du train, reste un très bon livre pour moi, mais les deux autres aussi ! Méfiez-vous des contrefaçons est certes plus classique, mais l’intrigue m’a captivée jusqu’au bout !  Quant à Andalou, je me suis régalée ! Mais là, le jeu de séduction entre les deux protagonistes rajoute une note pimentée au roman, que personnellement j’ai beaucoup aimé !

Alors voilà, avec plus de détails, mes avis sur ces deux livres :

Méfiez-vous des contrefaçons (Agnès Boucher)

Méfiez-vous des contrefaçons (Agnès Boucher)

Un thriller classique : des meurtres qui ont tout l’air d’être l’œuvre d’un tueur en série, un commissaire et ses collaborateurs et des protagonistes liés à l’enquête, mais comment et pourquoi ? Là est la question. Même si j’ai eu un peu de mal au début à cerner qui est qui dans l’équipe du commissaire, je n’ai pas mis beaucoup de temps à entrer dans l’histoire. C’est bien écrit, l’alternance des points de vue pour faire avancer le récit est très bien utilisée, surtout lorsqu’il s’agit du tueur. On arrive à soupçonner tout le monde, pour finir par se dire : non, ça serait trop facile ! Avant de reconclure : en fait pourquoi pas ? Agaçant et bien mené !

Mais l’intrigue ne serait rien sans les personnages. J’aime bien le commissaire Agnelli, mais pour moi il est un peu trop stéréotypé : bon flic avec vie privée désastreuse ; c’est Victoire Meldec que j’ai envie de mieux connaitre, elle me fait penser à une Lisbeth Salander en plus… réelle, je dirai ! Alors madame l’auteure, vous n’auriez pas au fond de vos tiroirs une nouvelle histoire pour Victoire ?

Andalou (Liliane Fournier)

Andalou (Liliane Fournier)Andalou est un thriller pas du tout comme les autres ! j’ai été happée par ce roman qui vous tient en haleine de la première à la dernière page ! Mais bizarrement pour un thriller, c’est surtout l’histoire de séduction entre Mathilde et son bel Andalou qui est la cause de cette addiction ! Les meurtres sont un prétexte pour pimenter le jeu et le mélange des genres est très réussi. J’avais lu les nouvelles de Pas froid aux yeux, et j’ai retrouvé avec délectation les héros de Liliane Fournier : une jeune femme volontaire qui n’a pas peur de se laisser guider par ses envies quand il s’agit d’hommes. Quoique là, Mathilde rencontre deux obstacles majeurs (3 avec les meurtres !) : elle déteste la corrida et elle n’a pas sa langue dans sa poche pour remettre en place les machos. Quant au héro masculin, une fois encore l’auteure nous régale : complètement craquant son toréador !

Bon, mais dans ce roman, il y a aussi les personnages secondaires qui valent le détour. Personnellement, j’ai beaucoup de tendresse pour l’inspecteur Bayard chargé de l’enquête. Il n’a aucune chance avec Mathilde, mais il y croit ! On le perçoit d’abord comme une caricature de beauf pas très malin, mais qui veut en jeter plein la vue, et comme l’héroïne, on finit par l’apprécier.

J’oubliais presque de vous parler de l’ambiance fin des années 80 du roman vraiment bien rendue, et de son style sans accro ! En conclusion : un livre qui se dévore en trois jours !

 

Des lecteurs donnent leur avis

 » (…)Le monde de Mayjong est vraiment très riche et bien décrit, l’univers est cohérent et très intéressant (on comprend pourquoi Pauline souhaite fuir son existence, elle est un peu ennuyeuse au final). J’ai beaucoup aimé Tao et trouvé passionnant tout le jeu des concubines de Mayjong. Sur l’univers « réel » (comprendre notre monde), les aventures de Pauline avec ses amies et surtout le triangle amoureux avec le Prince Christophe et son amie Jane sont très réussies et réalistes(…)En bref : Un très bon roman fantasy, passionnant et prenant. L’héroïne est attachante et l’histoire est plaisante. Seul regret, que le roman se termine : j’aurais aimé savoir ce qui arrive ensuite à Mayjong »

Jess Swann  Retrouvez la chronique complète ici

« J’ai lu pas plus tard que cette nuit Les Plaines de Majong d’Emma Cornellis, et j’en veux beaucoup à l’auteur(e) de m’avoir gardée éveillée jusqu’au petit jour.(…)Je ne suis pas une fan du genre, et pourtant je me suis laissée complètement prendre par l’imaginaire d’Emma Cornellis, qui balance entre fiction et réalité, avec un second degré presque philosophique sur les divers visages de notre intériorité et sur ce que l’on appelle justement notre « réalité ». J’ai vu les images magnifiques du film Urga de Nikita Mikhalkov défiler sous mes yeux lorsque l’héroïne du roman traverse les steppes mongoles, et ce voyage était loin de me déplaire. Bref, c’est un roman qui se déguste comme un croissant beurre léger et croustillant au petit-déjeuner. »

By-Carö, le 13 mars 2016, Amazon

« Le réel et l’imaginaire s’entremêlent dans cette histoire à l’atmosphère prenante. L’héroïne ne sachant pas elle même où se situe la frontière entre ces deux mondes parallèles que sont la vie réelle, où elle est étudiante, et un autre monde qui semble se dérouler en Mongolie.
C’est un roman fantastique car on bascule d’un monde à l’autre par la passerelle du rêve.
C’est aussi une histoire d’amour et on s’attache aux personnages et on souhaite qu’ils trouvent le chemin du bonheur dans une vie ou l’autre.
Je recommande vivement ce livre, qui se lit très facilement, dont l’articulation de l’histoire est originale et qui nous fait voyager et découvrir des contrées lointaines. »

csbu,le 24 février 2016, Amazon

« Histoire très originale et très bien écrite. Les descriptions des situations et endroits divers sont très précises. On peut donc s’identifier facilement aux évènements, même les plus étranges! Dans ce livre fantastique, le personnage principal est en dilemme constant entre ce qu’il devra choisir ce qu’on attend de lui (Pauline) et ce qu’il désire au plus profond de lui même (Po’Lin). »

critish, le 15 mars 2016, Amazon

« Attiré par le titre exotique, évoquant l’ Orient !, j’ai été captivée tout le long du récit par le va et vient entre le monde réel et l’ Autre ! l ‘ Imaginaire ! on se laisse emportée et l’on rêve éveillée ! les filles ados vont adorer, et leurs mères aussi ! »

client d’Amazon, le 4 mars 2016, Amazon

« Une histoire captivante, les personnages attachant, à la limite du réel et de l’imaginaire, et l’auteur nous tient en haleine jusqu’à la dernière page !!! »

 Maylis, le 3 mars 2016, Amazon

« Les Plaines de Mayong est un très bon roman fantastisco-historique. J’ai apprécié les va-et-vient entre notre époque : le monde de la jeune Pauline qui s’ennuie ferme, incomprise et timide ; et celui plus violent et difficile des plaines mongoles d’un autre temps où Po’lin doit faire face à une amnésie. Sur fond d’histoire d’amour, tantôt amourette de jeunes, tantôt plus romancé, le récit s’entrecoupe de plusieurs trames narratives : d’un côté les réactions normales de notre quotidien (famille et amis surpris, thèse psychotique…) et les péripéties plus mouvementées d’un roman d’aventure… »

Lucile, le 15 février 2016, Babelio