Cadeau pour les curieux et les curieuses…

photo-eso_l-calcada
Credit : ESO/L. Calçada

Bonjour, comme promis la semaine dernière, j’ai encore un petit cadeau à vous offrir. Mon nouveau roman est en cours d’écriture et pour vous donner un aperçu de l’atmosphère, après les photos, en voici un passage !

Il s’agit d’un petit extrait du premier chapitre dans lequel vous pouvez faire connaissance avec Lola, ma nouvelle héroïne. :

« La jeune fille prend un moment pour contempler la baie qui s’enfonce dans le continent. La plage du camping n’est que l’une des nombreuses petites criques de la Bahia Rosa. A l’Est, elle est presque entièrement fermée par
une langue de sable noir, une dune à la crête ronde et sensuelle qui forme un barrage infranchissable entre l’océan et les eaux plus calmes du bassin. Le soleil encore bas, y déverse une pluie d’étoiles scintillantes, tandis que la forêt qui entoure la plage semble dormir, embuée du halo rose de l’aube. Le bassin des Bahamas, c’est ainsi que Jonathan l’a baptisé, en hommage au plus bel endroit de la Terre, selon lui. Mais Lola préfère Bahia Rosa, le nom d’Elena… Ou Baie d’Ys, le nom secret qu’elle a trouvé avec Zven…

— Pourquoi Ys ? avait demandé la petite fille maigrichonne.

— Parce que les reflets sur l’eau te font penser à des gouttes de soleil… Avait répondu Zven.

— Tu veux dire à des étoiles…

— Étoiles, soleil, Ys, pour toi c’est pareil !

Le Chien la tire de sa rêverie en s’ébrouant juste à ses pieds. Elle pousse un cri de surprise, enlève ses vêtements avant qu’il ne vienne frotter son pelage trempé contre elle et se jette dans l’eau en riant tandis qu’il tente de lui sauter dessus en jappant.

Elle nage longtemps, loin. Jusqu’au moment où elle peut enfin voir la plage tout entière : un petit croissant de sable entouré de jungle. Parfois, elle va si loin, qu’elle peut apercevoir l’étroit chenal par lequel l’océan entre dans la baie. Un peu essoufflée, elle se retourne sur le dos pour se laisser flotter. Elle n’avait que douze ans, la première fois qu’elle avait nagée jusqu’à la Dune, avec Jonathan et Vladimir. Elle s’en souvient avec une pointe de fierté. Elle avait menacé les Grands d’y aller seule si personne ne voulait l’accompagner et les deux hommes ne s’étaient pas fait prier longtemps avant de céder. Jonathan tirait leur pique-nique sur un minuscule radeau tandis que Vladimir n’arrêtait pas de répéter qu’elle était une gamine trop gâtée et que s’il l’entendait une seule fois se plaindre, il allait la couler sans aucun remords ! Quand ils étaient enfin arrivés, et après s’être restaurés, ils avaient escaladé la Dune, beaucoup plus haute qu’elle n’en avait l’air de loin. Au sommet ils avaient admiré le soleil se coucher au fond de la Baie, avant de monter un campement de fortune pour passer la nuit. Ils s’étaient endormis en regardant les étoiles et en se racontant des histoires de monstres… C’était un de ses plus beaux souvenirs !

Elle se remet vivement à nager vers le rivage, elle a soudain très envie de retrouver les autres. Revoir l’ami imaginaire, qu’elle avait cru perdu avec son enfance, l’a rendu nostalgique. Un sentiment idiot et irrationnel, comment peut-on regretter un rêve ? »

La suite ? Dans un an si tout va bien ! Mais pour patienter, je vais aussi me lancer dans un exercice tout nouveau pour moi : Vous donner des nouvelles régulièrement de mon travail. Alors à très bientôt,

Emma

Publicités

Une réflexion sur “Cadeau pour les curieux et les curieuses…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s